Kongo-Central: déchu, Anatole Matusila accuse le gouvernement central

Destitué par la majorité de députés provinciaux, le désormais ex-président de l'assemblée provinciale du Kongo Central accuse "le gouvernement central de cautionner tout" ce qui se passe.

Après sa destitution, Anatole Matusila estime que la réaction des députés provinciaux "est de l'anarchie". "Ils veulent continuer les actes de vandalisme qu'ils ont commencés. Nous ne pouvons pas cautionner cela. Ils veulent créer un prétexte pour qu'il y ait des désordres qui ont amené des autorités à fermer l'Assemblée".

Intervenant sur Top Congo FM le samedi 03 septembre dernier, l'ex président de l'assemblée provinciale du Kongo Central rappelle que "nous élaborons des textes des lois, nous devons être les premiers à les respecter. Ils offrent un spectacle triste pour notre peuple".

Réagissant sur le fait lui reprocher qui est celui du refus de convocation des séances plénières, Anatole Matusila précise que "le 4 décembre de l'année passée, il y a eu des troubles à l'Assemblée. j'ai écris au Premier ministre pour lui demander de nous garantir les conditions de sécurité pour ouvrir l'Assemblée, je n'ai pas eu de réponses".

Raison pour laquelle " je ne peux pas exposer les députés aux violences. Il y a déjà un député qui est mort, l'enquête piétine. On a agressé deux députés, nous devons prendre des précautions quand-même".

Pour rappel, le président de l'assemblée provinciale du Kongo Central avait refusé de convoquer les séances plénières. Une décision qui n'avait pas réuni l'unanimité au sein des députés provinciaux qui lui avaient lancé un ultimatum de 48 heures sinon il sera destitué. Ultimatum qui a expiré le vendredi 02 septembre 2020.

Pompon BEYOKOBANA